La démocratie directe

DEMOCRATIE DIRECTE… A PEINE PRONONCES CES DEUX MOTS EVOQUENT CHEZ LA MAJORITE DES GENS UN CONFETTI GEOGRAPHIQUE caché dans les Alpes en plein centre de l’Europe.

Là-bas les citoyens sont libres car en plus d’élire leurs maîtres ils ont le droit de voter leurs lois. En plus quand une de ces dernières ne leur convient pas ils ont le droit de referendum. Et quand ils en veulent une de plus il y a le droit d’initiative!

Quel beau pays de liberté. Quel modèle !

Sauf que selon un sondage « maison » car rien n’est disponible dans le domaine public à ce sujet, moins de 10% des lois sont effectivement votées par les citoyens. En matière d’élection, comme partout dans le monde « démocratique », le choix est limité à différentes pathologies de l’ego nommés « têtes de liste de partis ». Quand une votation ne plaît pas à « l’élite », comme cela fut le cas le 9 février 2014 lorsque les citoyens se sont prononcés contre l’immigration de masse avec 56% de participation (50,3% de oui) avec de lourdes conséquences dans les relations de la Suisse avec l’Union Européenne, le choix du peuple n’est tout simplement pas mis en oeuvre.

J’écrirai plusieurs autres articles spécifiques à l’illusion suisse, capitale mondiale de l’ego, mais souhaite pour l’heure me concentrer sur les aspects plus positifs et vibratoires de la raison d’être de ce blog: le projet créatif.

Il était néanmoins important de couper immédiatement le fil fourbe et mensonger au dernier degré reliant l’idée de démocratie directe à la Suisse. Ce pays qui devra être rebaptisé Helvétie tant son passé est insupportable à assumer est clairement l’antithèse absolue de ce que devra être l’authentique démocratie directe.

C’est là que ça devient sympa.

Désormais fini de se révolter et dénoncer, place à la création pour le Bonheur, la Liberté et l’Abondance de chaque UN.

La démocratie directe, c’est la mise en place du cadre de vie local, régional, continental et global par et pour les humains qui habitent ces zones. Sans intermédiaire, sans limite a priori des souhaits de chaque UN et naturellement sans leader.

Les leaders sont les idées et les souhaits de chaque UN.

L’évolution de l’organisation sociétale se fera au rythme des nouvelles connaissances et idées de génie fournies sur un « plateau » (donc par un « serveur ») ici ou là par des esprits éclairés dans tous les domaines imaginables.

Un seul mot d’ordre: ce qui n’est pas bon pour tous n’est pas bon du tout.

Il est parfaitement imaginable de découper le territoire habitable de la planète en régions peuplées de gens qui ont des affinités entre eux. Perso j’ai beaucoup d’amis qui habitent loin de la commune où nous vivons en famille et cela me ferait beaucoup de bien de pouvoir me rapprocher d’eux.

Ridicule, dangereux, évident….tel est le parcours obligé d’une idée pour qu’elle puisse être qualifiée de révolutionnaire.

Imaginez un instant: quelques centaines ou milliers de personnes s’appréciant profondément se regroupent et partagent un territoire local. Formant un village ou une petite ville. Des localités peuplées strictement par l’attraction entre humains. Il semble dès lors qu’il serait à l’échelon local bien simple de se mettre d’accord sur un modus vivendi satisfaisant TOUT le monde.

Pour créer ce modus vivendi techniquement rien de plus simple: internet. Posé sur un socle de lois universelles simples et acceptables par toute l’Humanité (voir la page Lois universelles), ce modus vivendi évolutif est créé en commun sur une plate-forme dédiée à chaque communauté. Chaque communautaire y dépose ses projets, ses idées, ses souhaits au fur et à mesure qu’il en prend connaissance.

Chaque idée apparaît sur le site communautaire et tous les habitants en prennent connaissance. Si ils estiment que c’est bon pour eux il émettent un avis favorable. Dans le cas contraire ils s’abstiennent. Cliquer sur une icône en forme de pouce levé semble être une procédure assez simple et déjà largement acceptée.

Dès lors qu’une idée, suggestion, évolution ou toute autre action modifiant le cadre du vivre ensemble obtient 75% d’avis favorable il est considéré que cela est bon pour tous, accepté et mis en oeuvre.

Si à l’épreuve il apparaît que la décision commune ne donne pas la satisfaction escomptée il est naturellement (et même obligatoire pour le bien-être de la communauté) de modifier ou de supprimer toute prise de décision. Si 75% des habitants jugent qu’il pertinent d’agir ainsi bien sûr.

Mon rêve est de pouvoir un jour qu’un taux d’acceptation de 100% soit nécessaire pour qu’une modification soit entérinée, ce qui signifierait que chaque UN assume ses responsabilités de créateur et ne se repose sur personne d’autre que lui-même pour organiser son monde. Ce serait également le signe clair que l’ensemble de l’humanité aura basculé dans une dimension beaucoup plus vibratoire et légère que celle dans laquelle elle a évolué jusqu’à présent.

Il y a celles et ceux qui aiment le froid et la neige, celles et ceux qui aiment le soleil et les eaux turquoises, les amoureux des plaines, les montagnards dans l’âme, les sédentaires, les nomades, les inconditionnels du confort, de la simplicité, du minimalisme, les accrocs de la vie sociale, les solitaires, ….et peut-être tout ça et même bien davantage en une seule vie selon l’envie du moment présent.

Finies les obligations d’attachement géographique par naissance ou autres liens/chaînes/verrous donnant à penser que chaque UN serait de telle ou telle nature en fonction de son lieu de naissance. Plus de « carte d’identité » puisque cette dernière est évolutive tout au long de l’existence! On naît, on vit, on meurt et ainsi de suite en fonction de ses envies et de ses aspirations du moment présent.

Terminé les mégapoles bétonnées dans lesquelles sont entassés des humains comme dans un abattoir pour leur plus grande déconnexion avec la Nature.

 

Publicités