SpaceX a trouvé la cause de l’explosion du Falcon 9…

SpaceX s’apprête à revoler

elon-muskSpaceX va-t-il une nouvelle fois faire taire ses concurrents ? Alors que bon nombre d’entre eux s’étonnaient de la décision d’Elon Musk de reprendre ses activités de lancement seulement quelques mois après l’explosion de son lanceur, les faits semblent lui donner raison. Il vient d’annoncer dans une interview la reprise des lancements du Falcon 9 d’ici la fin de l’année.

Elon Musk, lors d’une interview accordée à CNBC vendredi 4 novembre, a confirmé avoir trouvé la cause de l’explosion au sol de son lanceur. Elle n’est pas due à un phénomène extérieur, mais bien comme le pressentaient bon nombre d’experts, dont le français Stéphane Mazouffre, expert et spécialiste de la propulsion spatiale que nous avions interrogé, un problème qui impliquait un des trois réservoirs d’hélium liquide situés à l’intérieur du réservoir d’oxygène liquide de l’étage supérieur. Pour s’exonérer de toutes négligences, Elon Musk a tenu à déclarer que la cause de l’explosion est un « problème très surprenant qui n’a jamais été rencontré auparavant dans l’histoire des lanceurs ».

De l’oxygène si froid qu’il est devenu solide

pipeau-mensongeAu sujet de l’explosion d’un de ses réservoirs, Musk explique que le matériau composite de fibres de carbone entourant les réservoirs a pu, au contact de l’oxygène anormalement solide, produire une étincelle et finir par prendre feu, ce qui a entraîné l’explosion du Falcon 9.

Cela dit, Musk n’a pas apporté beaucoup d’autres détails pour expliquer l’état solide de cet oxygène censé rester liquide. Selon un rapport du New York Times que SpaceX n’a pas confirmé ni démenti, l’hélium contenu dans le réservoir incriminé étant à une température de – 268 °C, il aurait pu contribuer à la congélation de l’oxygène du Falcon 9, maintenu à quelque – 206 °C, bien au-dessus de la température à laquelle il se fige (- 218 °C).

En conclusion de quoi Elon Musk, éternel optimiste, a annoncé que son lanceur sera prêt à revoler dès le mois de décembre, moins de quatre mois après l’explosion du lanceur !

Ûhxnûé: La direction de Space X informe que toutes les causes pouvant expliquer cette explosion ont été investiguées. Pas un mot par contre sur cette curieuse « coïncidence » (voir vidéo ci-dessous)  au sujet de laquelle la rédaction laissera votre intuition ainsi que votre discernement oeuvrer.

 

SpaceX de retour en vol

Trois mois et demi à peine après son explosion, Falcon 9 est de nouveau sur le départ. Le 16 décembre prochain, le lanceur déploiera 10 satellites de la constellation Iridium Next. Un mois plus tard, ce sera le tour d’EchoStar 23, satellite de télécommunications brésilien. SpaceX se doit de réorganiser au mieux son calendrier et de satisfaire ses clients qui ne peuvent pas attendre plus longtemps.

lanceurMalgré quelques zones d’ombres sur les circonstances de l’explosion du Falcon 9, alors qu’il avait été installé sur le pas de tir de Cap Canaveral, en Floride, SpaceX a tout de même décidé de reprendre ses lancements. Avant ce retour en vol, la société rencontrera son pool d’assureurs afin de le tenir informé des conclusions de son enquête et lui présenter les mesures mises en place pour améliorer la fiabilité de son lanceur.

Ce retour en vol est prévu le 16 décembre avec le lancement des 10 premiers satellites de la constellation Iridium Next. Le Falcon 9 décollera depuis la base californienne de Vandenberg. Un mois plus tard, SpaceX prévoit de lancer le satellite de télécommunications EchoStar 23 depuis le Centre spatial Kennedy. Avec un calendrier des lancements forcément bousculé depuis cet échec, SpaceX doit réorganiser ses futures missions au mieux des intérêts de ses clients et notamment de ceux d’Iridium et d’EchoStar, très pénalisés par la suspension des vols du Falcon 9.

Deux clients, deux urgences

echostarEchoStar fait face à une date limite réglementaire imposée par le gouvernement brésilien qui stipule le démarrage des services commerciaux d’EchoStar 23 à la mi 2017. Faute de quoi des pénalités seraient automatiquement appliquées.

Quant à Iridium, l’urgence est de remplacer les premiers satellites de la constellation existante qui arrivent en fin de vie (les premiers ont été lancés en 1997) de façon à garantir la continuité des services commerciaux proposés par Iridium (principalement de la téléphonie et de la localisation).iridium À cela s’ajoute que la future constellation fournira de nouveaux services, en cours de commercialisation, tels que des applications larges bandes, avec des débits pouvant aller jusqu’à 1,5 gigabit par seconde, ainsi qu’un service inédit de localisation d’avions de façon à suivre le trafic aérien à l’échelle de la planète.

( source: futura sciences )


Le temps c’est de l’argent.

La vérité n’est pas souhaitable car non-rentable.

Buisness is buisness…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s