La peur suisse…

Le titre de cet article signifie à la fois tout et rien.

Rien pour la majorité des Suisses qui confortablement installés dans leur aisance matérielle, sur-assurés et convaincus d’avoir la chance de vivre dans un pays démocratiquement exemplaire ne perdront pas une seconde pour rétorquer « meuh, peur de quoi ?!? »

Tout pour quelques pourcents de la population dont la conscience hurle que ce n’est pas en se vautrant dans la société de consommation que le véritable bonheur sera accessible. Ce modèle de vie est le moteur de l’envie or celle-ci ne connait ni limite ni satiété, surtout pas de la part des « élites » toutes puissantes (banques, multinationales et politiciens pour faire passer le tout) usant du mensonge comme d’une seconde nature ainsi que des plus vils procédés de manipulations afin de faire croître l’appétit de la masse.

La conscience procure le discernement et permet d’éviter de se faire piéger par les procédés manipulatoires attaquant tous azimuts le processus du libre-arbitre. C’est du reste une des raisons pour laquelle notre société actuelle se scinde doucement mais sûrement entre « théoriciens du complot » et moutons dociles. Ce processus de division, certainement le dernier du genre, prendra fin lorsque la première « catégorie » représentera 100% de l’humanité, ou du moins quand elle aura repris le cours de l’Histoire conformément aux lois naturelles universelles. Par l’exemple donc.

Toujours est-il que nous n’y sommes pas encore et que la période actuelle est une transition entre, véritablement, deux mondes.

Pour en revenir à l’exemple suisse qui est à mon sens le contre-exemple absolu de ce qui semble être l’authentique nature humaine, voici ce qui s’y est passé fin novembre 2016: une votation populaire demandant aux citoyennes et citoyens s’ils souhaitent sortir ou pas de l’énergie nucléaire. 44% des ayant droit (quelle belle démocratie…) ont estimé à 54,2% que changer de source d’approvisionnement énergétique n’est pas opportun.

Peut-être l’est-il alors de rappeler que le Chili a fait sur l’énergie solaire un pari gagnant ? Même la Tribune de Genève en parle. A sa manière certes…

Ce même média grand public qui a omis, à l’instar de ses congénères du groupe Tamedia, de publier AVANT la votation les chiffres parus dans le magazine Bilan concernant la facture du nucléaire trois semaines APRES la votation.

L’opinion publique est l’affaire des « élites » qui la formate comme bon leur semble en accord avec leurs intérêts exclusifs. Axpo, Alpiq et BKW se disent « rassurés » après le résultat de la votation. Tu m’étonnes…

Tant pis pour les solutions alternatives: que ce soient celles enfouies sous des tonnes de secret défense ou celles connues de tous, entre le bonheur de l’humanité et l’amour de la planète d’un côté, l’intégrisme financier et le culte égotique de l’autre, il n’y a actuellement pas photo.

Ces quelques considérations découlant d’un bon bon sens tellement basique, on est en droit de s’interroger sur l’aspect le plus incroyable à mon sens des votations en Suisse. Celle-ci avait pour objet la sortie du nucléaire mais je me souviens entre autre avoir aussi voté un jour pour ou contre l’augmentation des impôts, avec un résultat tout aussi énigmatique…

Il semble que dans l’esprit suisse, si on ne se tue pas au boulot pour payer ses impôts en bousillant du mieux qu’on puisse notre planète alors le « niveau de vie » va chuter. On rétorquera qu’il existe des différences régionales, dans les résultats certes, néanmoins les « élites de gauche » genevoises ne se sont pas gênées pour faire abattre grâce à force mensonges et manipulations une trentaine de platanes qui retardaient le début de lucratifs travaux d’aménagements.

L’ego suisse, on peut également parler de forme-pensée collective ou d’égrégore suisse, est tellement formaté dans l’idée qu’il « a de la chance » de vivre dans le pays « le plus heureux du monde » selon le propagandiste François Garçon qu’il accepte tout et n’importe quoi de PEUR de perdre ses illusoires privilèges.

Cette illusion de bonheur, ce travail de sape de l’ego, me fait penser à cette rencontre entre deux humains.

Le Suisse dit au Malgache: « Moi j’ai une montre qui vaut une fortune! »

Le Malgache répond: « Moi j’ai du temps. »

Toutes les humains éveillés qui communiquent et agissent en conscience savent que l’exact opposé de l’Amour n’est pas la haine comme les moutons, dont j’ai évidemment fait partie, le croient, mais la PEUR.

peur_03
La peur: spécialité locale

Je recommande la lecture de cet article du site « Même pas mal.ch » qui met magistralement en lumière le levier de la peur utilisé systématiquement par nos « élites » politiciennes.

Prenons maintenant un peu d’altitude en tentant d’élever le point de vue…

Chaque pensée émettant une vibration, cette émotion « peur » est la plus basse fréquence qu’un être humain puisse émettre. Sans entrer dans les détails, les basses fréquences sont la nourriture favorite de ceux qui maintiennent l’humanité sous leur contrôle. Voici un extrait d’un article très pertinent au sujet de notre véritable réalité:

« L’ombre réside dans nos subconscients, dans le sous-sol obscur de notre mental. Toutes sortes de choses s’y cachent, comme les traumatismes refoulés, les personnalités dissociées ou les fragments d’âme, les démons ou les fantômes qui s’attachent à nous comme des parasites, ainsi que nos impulsions biologiques et notre conditionnement social. Tout cela constitue l’ombre, et leur représentant collectif dans notre mental est l’ego, qui est l’homologue intérieur du Démiurge corrompu lui-même. »

En somme, plus la réalité égotique ressemble à du bonheur, plus on s’accroche à cette illusion de peur de la perdre. Un cercle profondément vicieux c’est rien de le dire…

Or en terme d’illusion, que ce soit le matérialisme, la liberté, l’abondance, l’éducation, l’économie, la sécurité,… force est de constater que la Suisse fait figure de tête de gondole. J’ai personnellement vécu l’écrasante partie de ma vie à « croire » en la chance d’être né en Suisse puis d’en avoir tiré une authentique « fierté » par comparaison avec les autres pays de la planète.

Il apparaît désormais clairement que ce confetti géographique est bel et bien la prison la plus sécurisée du globe: celle dont personne n’aurait l’idée « saugrenue » de vouloir s’en évader. L’ego y est tellement brossé dans le sens du poil qu’il est raisonnable (mental) de souhaiter s’y vautrer plutôt que de remettre en cause (esprit) la nature de ce que sont devenus ces magnifiques paysages depuis 1291.

Ce n’est pas pour rien que la Suisse regroupe sur son territoire un nombre impressionnant  d’institutions symbolisant la dégénérescence mondialiste oligarchique: ONU, OMC (commerce), OIT (travail), OMS (santé), UIT (télécom), OIPI (propriété intellectuelle), HCR (réfugiés), OMM (météo) sans oublier bien sûr la banque de toutes les banques située à Bâle (ça ne s’invente pas…) la BRI.

C’est sur ce territoire « neutre » et protégé par tout un peuple aveuglé que sont prises les décisions mettant l’humanité en esclavage. Dire que la plupart des suisses sont fiers d’accueillir la structure mondiale du mensonge planétaire est malheureusement encore une réalité. Ils en sont fiers car ils font un amalgame risible entre ce que pays offre outrageusement en terme d’accueil et de ristournes tous azimuts aux adeptes du novus ordo seclorum d’une part et l’illusion que cet état de fait puisse pérenniser leur quiétude égotique sans jamais rien « avoir besoin » de remettre en question de l’autre.

« Quand même, toutes ces organisations donnent une belle image à la Suisse » peut-on entendre régulièrement au café du village ou dans les appareils étatiques. »Image »…. tout est dit.

Un terrain choisi avec soin pour accumuler et centraliser tout ce dont nos « élites » templiersmondialistes avaient besoin pour mettre au point puis accomplir leur délire de nouveau monde fondé sur un contrôle total de l’humanité, y compris bien sûr ses pensées: sociétés occultes hyper ramifiées présentes à tous les postes-clé (la Suisse a été fondée par les Templiers le 1er août 1291 soit trois mois après la chute de Saint-Jean d’Acre) qui confèrent au culte du secret le statut de religion d’Etat depuis sa création, situation géographique sécurisée au milieu des Alpes, voies de communication optimales avec deux des plus grands fleuves européens et bien sûr le célèbre secret bancaire qui a entre autre permis à l’organisation Octogone de financer Adolf Hitler.

Organisation qui n’a évidemment pas mis la clé sous la porte après la défaite allemande, à ne pas confondre avec celle du nazisme puisque cette « idéologie » est précisément  celle des tenants du nouvel ordre mondial. Les familles Bush/Clinton/Rockfeller en savent quelque chose

Cette façon très particulière de voir le monde, sous le prisme de la domination et de l’écrasement de l’autre, utilise des moyens différents pour sa mise en oeuvre. Exit la violence directe et le passage par la force physique, désormais la stratégie est plus subtile. L' »élite » mondialiste utilise environ 75 millions de sbires corrompus jusqu’à l’os pour exécuter leur besogne: argent, pouvoir, drogue, pédocriminalité,…tout est bon pour garder son petit monde au creux de sa main en menaçant de tout balancer si un agent ou l’autre devenait trop bavard. Bien sûr il y a aussi l’ultime solution du suicide par trois balles dans la tête…

Puisque la corruption est évoquée, je ne résiste pas au plaisir de publier ici la dernière lettre en date de Gerhard Ulrich, dissident et divulgateur suisse s’il en est, adressée au Président de la Confédération. Eloquent:


schneider-cammanMonsieur Johann SCHNEIDER AMMANN
Président de la Confédération
Palais fédéral
CH-3003 Berne

cc:
A tous les Conseillers fédéraux et leurs conjoints; au Chancelier fédéral Walter Turnherr
A tous les Conseillers nationaux et Conseillers des Etats atteignables par e-mail
A tous les Membres du Conseil de l’Europe atteignables par e-mail
A Guido RAIMONDI, Président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme
Gilbert KOLLY, Président du Tribunal fédéral suisse
Daniel KIPFER FASCIATI, Président du Tribunal pénal fédéral
Jean-Luc BAECHLER, Président du Tribunal administratif fédéral
A tous les Membres du Corps diplomatique
Michael LAUBER, Procureur général de la Confédération
A environ 200 journalistes – A qui de droit
Schweiz – Suisse – Svizzera corrompue

A vous, SCHNEIDER AMMANN,

Simonetta SOMMARUGA, cheffe du Département fédéral de Justice et Police n’a donné aucune suite à ma dénonciation du 20.08.16 du «juge» fédéral corrompu et escroc Roland Max SCHNEIDER. Le 23.11.16, j’ai adressé ma 5ème dénonciation de ce criminel au Président du Tribunal fédéral, avec copie aux 152 juges fédéraux, aux 7 Conseillers fédéraux et à leurs conjoints, au Chancelier fédéral, aux 200 Conseillers nationaux et aux 46 Conseillers des Etats, fixant un ultime délai au 15.12.16. Cette échéance est atteinte.

La preuve est irréfutablement apportée que SCHNEIDER fait partie de cette Nomenklatura
qui se voit conférer le droit de «délinquer» grâce à une immunité cautionnée par l’Oligarchie occulte de ce pays. Car SCHNEIDER en sait trop.

L’expert des finances Harry HEUTSCHI a fourni la preuve en 1998 que le patrimoine du peuple suisse auprès de l’AVS/AI est bradé par une bande de banquiers criminels avec l’aval de toute l’administration fédérale (Exécutif, Législatif et Judiciaire). Voir l’article.

A l’époque, cet expert a estimé les dégâts à 34 milliards de CHF. Cette escroquerie n’ayant jamais cessé, il estime aujourd’hui le montant de cette corruption à 800 milliards. Il s’agit de la trahison du siècle du peuple suisse.

A la fin de la seconde guerre du Golfe persique en 1991, les puits de pétrole mis à feu par les troupes de Saddam HUSSEIN ont été éteints et maîtrisés grâce aux brevets de Joseph FERRAYÉ. L’offre de FERRAYÉ s’élevait à US$ 34.92 milliards (1164 x 30 mio par puits éteint/maîtrisé en un clin d’œil). Un complot d’hommes puissants de diverses nations, incluant banquiers, magistrats et Oligarques suisses, s’est approprié cette invention et a grugé l’inventeur. Ils ont doublé la facture et l’Irak a été rançonné par des livraisons de pétrole, programme dit de façon hypocrite «pétrole contre nourriture». Au-delà de ces
quelques US$ 70 milliards supplémentaires à l’offre initiale, les brevets furent
vendus à tous les pays producteurs de pétrole, au prix de US$ 30 millions l’unité
x 120’000 puits en activité = 3600 milliards, somme initiale du butin de guerre.

Marc-Etienne BURDET estime que le tiers de cette somme, soit 1200 milliards, a transité par la Suisse, échappant au fisc. Manque à gagner rien que pour la Confédération suisse : US$ 120 milliards au taux d’imposition de 10%, soit 3 années du budget de la Confédération Suisse de l’époque.

Genève a servi de plateforme pour cette escroquerie monumentale, orchestrée par le notaire genevois Pierre MOTTU, aujourd’hui domicilié à Monaco. Plus de détails ici.

BURDET estime que le montant de cette corruption a largement dépassé aujourd’hui les 30 billions de CHF.

L’escroquerie à l’AVS correspond à une somme de CHF 100’000 par habitant en Suisse. L’affaire FERRAYÉ est encore plus monumentale. Aucun autre pays au monde n’arrive à mettre sur la balance de tels pots de vin/habitant.
Evidemment, il y a encore d’autres affaires de corruption de taille, sans parler de la corruption quotidienne pour servir les roitelets locaux. Davantage d’info ici.

La Suisse – le pays le plus corrompu.

Citation de «Calculus of consent», J. M. BUCHANAN prix Nobel d’économie de 1986 :

« Les politiciens ne servent pas le bien du pays mais les intérêts de leurs propres carrières, donc la plupart du temps les intérêts de leurs lobbies ».

Vous êtes les gérants de la Swiss Corruption Incorporation, n’ayant plus aucune légitimité. Vous devez tous démissionner ou être démis de vos fonctions !

Le soussigné s’aligne sur les revendications présentées par Marc-Etienne BURDET le 23.05.2015 : www.worldcorruption.info/index_htm_files/fm_55_23-05-2015.pdf

A vous, SCHNEIDER AMMANN

Gerhard Ulrich, dissident


Que dire de l’inauguration du tunnel du Gothard le 1er juin 2016 en présence de 3000 invités dont les « chefs d’état » Hollande, Merkel et Renzi (on est débarrassé de deux des trois…) ? Comment est-il possible de financer par l’argent des citoyens une réunion satanique ?

Tout simplement car l' »élite » suisse sait que bien que n’en ayant pas conscience, la population de ce pays est sous la même emprise et qu’elle a donné son pouvoir au même maître illusionniste.

Si on considère que l’ego, cette entité sans avenir convaincue d’être un mortel de chair et de sang exclusivement, fut imagée religieusement par l’enfer, il semble en effet que la Suisse soit la base du diable.


 

Ûhxnûé

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s