« Fakes news »: l’argent perd son statut de nerf de la guerre

A moins de dysfonctionner chacun conduit son existence selon ses intérêts et sa quête du bonheur. Pour ce faire il n’a qu’un seul outil à disposition: sa connaissance.

C’est donc en fonction de celle-ci, sorte de bibliothèque interne, qu’il déduit les actes, pensées, paroles et écrits qui forment le socle des multiples et continuels choix qu’il est amené à trancher.

Or la période actuelle semble pousser de plus en plus de monde à remettre en cause un certain nombre de connaissances semblant « acquises » et surtout faire preuve de davantage de circonspection vis-à-vis des informations provenant des traditionnelles « manufactures du consentement » comme le disait Noam Chomsky.

Ces manufactures alimentant l’information pour que rien ne bouge sont symbolisées par les médias dominants traditionnels quelque soit leur support (tv, presse, internet). On doit bien sûr y ajouter l’école dont le rôle est de former la jeunesse assez pour qu’elle s’insère dans un système imposé mais pas trop afin d’être incapable de le remettre en cause.

Ces manufactures, anachronismes en voie d’extinction définitive, étaient les gardiennes du troupeau. Délivrant une information formatée de telle manière que le champ de connaissance de chacun, constituante de la conscience collective, soit contenue à l’intérieur d’une sphère de possibles convenus (paradigme). Ce qui dépasse cette sphère/paradigme étant considéré par définition comme impossible.

On note sans trop s’y attarder que le maintien d’un paradigme ne peut découler que de la volonté des tenants d’un système: en effet il est évident que le pouvoir d’influencer voire dicter les choix de chacun à travers un paradigme biaisé donne les clés du royaume.

Du point de vue des 99,9 %: Comment revendiquer quelque chose d’impossible ?

Du point de vue du 0,1%: Comment préserver son pré carré si toute l’humanité y a accès ?

Or l’information véhiculée sur internet, laissée au discernement de chacun, fait exploser cette manufacture du consentement. L’information vient de partout. Chacun peut être « journaliste », « chroniqueur », « expert », « philosophe », simple relai ou contradicteur de cette information qu’il aura jugée en conscience pertinente ou pas.

Cette explosion informative a naturellement des conséquences fâcheuses pour les-dits tenants du système: il n’est désormais plus possible de contenir le paradigme collectif dans la même petite sphère confinée. Une partie de l’humanité prend conscience d’un champ de possibles plus vaste et dispose par conséquent d’une palette de choix mis au service de son bien-être tant physique que spirituel proportionnelle à ce nouveau paradigme.

Qui dit choix nouveaux dit inévitablement comportements nouveaux, toujours en fonction de ce qui semble être le plus conforme aux aspirations et à la quête du bonheur de chacun. Naturellement incompatibles avec ce qu’attendent les tenants du système de leur troupeau…

On assiste donc actuellement à de pathétiques gesticulations visant à instaurer encore davantage d’ordre et de contrôle de l’information:

Guerre de l’information : Facebook accepte de confier le contrôle de ses contenus à des tiers

De fausses informations ? Mais où donc ?

Chasse aux «fake news» : et si le problème venait surtout de Facebook et ses algorithmes ?

Longue bataille en vue pour freiner les nouvelles bidon

Campagne contre les «fausses informations» sur Facebook : une forme de censure ?

Fake news : «Les élites médiatiques sont en état de panique»

un-courageux-serpent-sauve-un-poisson-de-la-noyade

Il est urgent de confiner les pensées sinon le monde va changer!

Ce vain cri de panique met en lumière tout ce que ce monde contient de sombre. On voit de partout des armées de trolls conscients ou pas, rémunérés ou pas, se faire les apôtres d’une docta quelconque du moment où elle permet de confiner la pensée. Celle-là sera dans tous les cas contraire à la loi universelle du libre-arbitre mais qu’importe, le rôle du berger est (était…) aussi de mener les moutons à l’abattoir. Il faut bien rentabiliser l’investissement…

Sauf que c’est trop tard, les alea sont jacta. Les connaissances disponibles par simple clic concernant pêle-mêle le fonctionnement humain (médecines alternatives et holistiques), la création monétaire, le contrôle mental, l’énergie renouvelable (et bientôt libre), la permaculture, la spiritualité, les anciennes civilisations, les neurosciences, la technologie spatiale,… ont déjà fait éclater l’ancien paradigme synonyme de prison.

Il n’est pas davantage possible de revenir en arrière que d’oublier ce que l’on sait. A moins d’un flash à la Men in Black d’ampleur planétaire plongeant tout ou partie de l’humanité dans un blackout cognitif ramenant ses caractéristiques ADN en-deça de toute possibilité de cheminer spirituellement.

Ceci ne semble pas aller dans le sens de l’Histoire…

Que le meilleur du passé soit le pire de l’avenir et forme de merveilleux moments présents.


Pierre – Ûhxnûé

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s