Un OVNI a fasciné l’armée chilienne pendant deux ans

L’agence gouvernementale chilienne, le CEFAA, vient de rendre public une vidéo exceptionnelle de neuf minutes. Elle provient de la marine chilienne et met en évidence un ovni affichant un comportement très étrange.

(ndlr: notons parmi les sources….Paris-Match ! Arnaud Lagardère qui parle des ovnis, c’est déjà en soi un ovni !!! )

Suite à un article de la célèbre journaliste d’investigation Leslie Kean du 05 janvier 2017 sur huffingtonpost (traduction française sur ovnis-direct).

Les médias internationaux rt & sputniknews nous rapportent en effet qu’une vidéo d’objet volant non identifié a bel et bien laissé l’armée chilienne perplexe. Nous avons dû attendre une semaine (12/01/2017) pour que le premier média « maintream » français parismatch (sûrement surchargés par les « fake news »…) relaient l’information, bon ils ne sont pas encore capables de rapporter le nom de la célèbre journaliste d’investigation sans faute d’orthographe [Leslie Kean, et non Leslie King], mais ils commencent à faire leur travail, c’est bien… on avance.

Si vous avez déjà pris connaissance de cette information, vous pouvez d’ores et déjà lire la mise à jour de Leslie Kean du 17 janvier 2017 : The Chilean Navy UFO Video: Is It A Plane?

En effet, après deux ans de recherches infructueuses, l’armée chilienne a décidé de rendre publique une vidéo qu’elle n’a pas réussi à expliquer. On y voit un objet voler de façon horizontale à la même allure que l’hélicoptère militaire auquel il fait face. A deux reprises au cours de l’enregistrement de dix minutes, l’objet volant non identifié (OVNI) rejette un matériau inconnu dans l’air, visible uniquement avec une caméra infrarouge.

L’hélicoptère était en patrouille sur la côte chilienne en novembre 2014, lorsque l’opérateur de la caméra de l’appareil a remarqué l’OVNI. L’équipage a contacté les aéroports et les bases aériennes de la région pour confirmer que l’objet était visible sur leurs radars. A leur grande surprise, il ne l’était pas. Ils ont alors essayé d’établir le contact avec l’OVNI, utilisant les fréquences radio standard, mais n’ont reçu aucune réponse.

A l’œil nu, l’objet était à peine visible, et la substance qu’il expulsait disparaissait instantanément dans les nuages. Il a disparu dans les nuages avant que l’équipage ne puisse obtenir plus d’informations.

L’équipe en charge d’étudier la vidéo incluait des astrophysiciens, des analystes vidéo et des ingénieurs aéronautiques, mais ils n’ont pu apporter aucune explication, le mystère reste entier. A ce jour, toutes les théories avancées pour expliquer l’étrange objet ont été réfutées, ce qui en fait un authentique objet volant non identifié. Affaire à suivre.

586d3dd31500001400e9e6c6

Le CEFAA, organisme officiel de l’État dirigé par la Force Aérienne Chilienne, dont est en charge l’ancien générale Bermudez, a pour mission de recueillir, analyser et étudier scientifiquement tous les rapports d’ovnis qu’ils reçoivent.

Le comité d’étude est composé d’ingénieurs, d’astronomes, de météorologues, de docteurs en physique, de chimistes, de contrôleurs de la circulation aérienne, de pilotes et il peut arriver que la police judiciaire ou les forces armées soient aussi consultées.

Le CEFAA, l’agence du gouvernement chilien, qui enquête sur les ovnis ou UAP (phénomènes aériens non identifiés), rapporte ne pas être en mesure d’expliquer l’étrange objet volant capturé par deux officiers de la Marine expérimentés à bord d’un hélicoptère.

L’agence gouvernementale chilienne publie toujours ses affaires lorsque les enquêtes sont abouties, n’hésitant jamais à reconnaitre l’existence d’UAP dans le cadre de cas résistant à toutes les analyses.

Le général Ricardo Bermúdez, directeur du CEFAA, a déclaré durant l’enquête : « Nous ne savons pas ce dont il s’agit, mais nous savons ce dont il ne s’agit pas. »

Le 11 Novembre 2014, un hélicoptère de la marine chilienne (Airbus Cougar AS-532) était en mission de patrouille de routine durant la journée en direction du nord, le long de la côte, à l’ouest de Santiago. À bord se trouvaient le pilote, un capitaine de marine avec de nombreuses années d’expérience de vol et un technicien de la marine en train de tester une caméra MX-15 HD « Forward Looking Infra Red » (FLIR), utilisée le plus souvent dans le cadre de missions de reconnaissance aérienne, ».

L’avion volait, durant l’après-midi, à une altitude d’environ 4500 pieds et avec une visibilité horizontale illimitée ainsi qu’une température de l’air d’environ 50 degrés F (10 C). L’hélicoptère volait à 10.000 pieds et à environ 132 nœuds ou 152 mph.

A 13h52, le technicien a observé un objet étrange volant vers sa gauche alors qu’ils se trouvaient au-dessus de l’océan. Les deux hommes ont remarqué que la vitesse et l’altitude de l’objet était à peu près similaire à celle de l’hélicoptère. La distance de l’objet a été estimé à environ 35 à 40 miles (55-65 km). Le technicien vise immédiatement l’ovni à l’aide de sa caméra avant d’élargir le zoom grâce au mode infra-rouge (IR) afin d’obtenir une meilleure clarté.

Peu après, le pilote a contacté deux stations radar dont l’une était situé à proximité de la côte, et l’autre qui était la principale station possédant un système de contrôle de radar primaire au sol. Elle était située à Santiago du Chili. Les deux stations n’ont rien détecté au radar bien qu’elles arrivaient à facilement capter l’hélicoptère, situé pourtant dans la même gamme de détection radar que l’objet.

Les contrôleurs aériens ont confirmé qu’aucun trafic ni civil ni militaire n’avait été signalé dans la région, et qu’aucun avion n’avait été autorisé à voler dans l’espace aérien contrôlé où l’objet était situé. Le radar de bord a également été incapable de détecter l’objet sachant que le radar de l’appareil photo n’a pas non plus pu verrouiller sa cible (ce qui suppose qu’il ne détectait rien).

Le pilote a tenté à plusieurs reprises de communiquer avec le UAP, en utilisant la bande passante multi-nationale civile conçue à cet effet, sans avoir reçu en retour la moindre réponse.

Le technicien a filmé l’objet pendant neuf minutes et douze secondes, principalement en mode infra-rouge.

Ce capteur produit généralement une vidéo en noir et blanc dans laquelle les tons noirs, blancs et gris sont assimilés aux différentes températures. Les IR ont détecté de la chaleur semblant représenter le matériau sombre apparaissant sur la vidéo. Les officiers ont stoppé la caméra au moment de revenir vers la base et alors que l’objet disparaissait derrière les nuages.

Le général Bermúdez, accompagné du chimiste nucléaire Mario Avila, l’un des membres du comité scientifique de CEFAA, a mené des entrevues avec les deux officiers dans leur base navale.

Avila a déclaré : « Je suis très impressionné par la qualité des témoins, ». « Il s’agissait de professionnels possédant de nombreuses années d’expérience, et incapables d’expliquer ce qu’ils avaient vu. »

A savoir que les deux officiers ont également fourni leurs rapports écrits à la base puis au CEFAA.Le Capitaine de vaisseau a déclaré que l’objet représentait une « structure allongée à plat » avec « deux projecteurs thermiques « comme des décharges » ne coïncidant pas avec l’axe du mouvement ». Le technicien l’a décrit comme étant « blanc avec une forme semi-ovale dans l’axe horizontal. »

586d3f971500001300e9e6d5

Un élément supplémentaire rend ces images particulièrement inédites : « Il décharge un certain type de gaz ou de liquide mettant en évidence une piste thermique ou une sorte de signal, » a déclaré le technicien. Après avoir tourné la vidéo pendant environ huit minutes, une sorte de matériau très chaud éjecté par l’objet est capturé sur la vidéo. Une autre éjection a eu lieu quelques instants plus tard.
586d408c1500002d00e9e6e1
Au cours des deux années suivantes, au moins huit réunions houleuses ont eu lieu entre les membres du comité scientifique CEFAA complètement déroutés par cette affaire.
586d44fb19000023000e2f7d

Analyse d’une affaire résistant à toutes les explications

Les analystes français de la 3AF émettent l’hypothèse d’un « aéronef moyen-courrier » en cours d’atterrissage à l’aéroport de Santiago, expliquant les deux décharges par le largage des eaux usées de la cabine.

Les experts chiliens réfutent en bloc cette hypothèse dans la mesure où cet avion aurait dans ce cas dû être détecté par le radar primaire ; sachant que l’aéroport n’a de son côté relevé aucune trace d’atterrissage d’un quelconque avion à ce moment-là.

Si l’hypothèse française devait être retenue, alors les décharges auraient immédiatement due chuté au sol étant donné la forte température de l’air.

Les calculs français ont confirmé que l’altitude de l’UAP était la même que celle de l’hélicoptère et que « la vitesse de l’hélicoptère était constante (120 kt), » telle que les témoins l’ont mentionné dans leur rapport. En outre, Jean-François Louange et ses collègues ont déterminé que la distance moyenne entre l’hélicoptère et l’objet était « quasiment similaire à celle rapportée par la Marine (soit 55 km). Il est évident que les deux témoins ont été compétents et précis dans leur description.

Les données provenant des différents rapports ont permis d’éliminer d’autres explications conventionnelles.

Les météorologues ont déterminé qu’aucun des ballons météorologiques ne se trouvait dans le ciel à ce moment-là, avant de rappeler qu’aucun ballon ne se déplaçait horizontalement de la sorte, notamment dans ce cas où le vent soufflait en provenance de l’Ouest.

La température de l’objet a été estimé par les spécialiste à plus de 122 degrés F (50 C).

Il ne s’agit bien évidemment pas d’un drone dans la mesure où il aurait nécessité une inscription auprès de la DGAC qui est systématiquement notifié lors de chaque vol de l’un de ces engins, au même titre que les avions. Sachant que s’il s’agissait de l’un de ces deux appareils, alors le radar les aurait détectés.

Les membres du CEFAA ont interrogé la chaîne de commandement et notamment un amiral de la Marine qui les a informés qu’il n’y avait pas d’exercices navals conjoints en cours avec les États-Unis ou tout autre pays à ce moment-là. L’amiral a confirmé qu’il ne pouvait s’agir d’un drone américain, ni de tout autre type d’engin d’espionnage ni même d’un véhicule secret appartenant à un pays étranger.

L’Astrophysicien Barrera a exploré la possibilité d’une rentrée atmosphérique de satellite Russe par exemple, susceptible de libérer des gaz comprimés à basse altitude. Il a été confirmé qu’aucun débris spatial n’était entré dans l’atmosphère à cette date et endroit précis, et que même si cela avait été le cas, il serait tombé rapidement et n’aurait jamais volé horizontalement. Deux experts indépendants en explosifs ont rapporté au personnel du CEFAA que, dans un tel scénario, le véhicule arrondi était condamné à exploser dans l’air en raison de la haute pression interne.

Barrera a également noté que, lorsque le premier événement d’éjection a eu lieu, le matériau a été expulsé des deux parties différentes de l’objet, avant de rejoindre le sillage de l’appareil. La première était massive et sombre dans l’IR (ce qui signifie très chaud) ; la deuxième était plus légère et semi-transparente.

Les analystes en image de l’Air Force chilienne ont confirmé que l’objet était authentique, de forme tridimensionnelle et doté d’un volume.

Ils ont établi qu’il n’y avait aucune preuve de mystification ou de « modification de la vidéo par une application informatique spécialisée dans l’édition et le traitement des images. »

Ils ont également écarté l’hypothèse du volatile, du drone, du parachute ou du deltaplane.

Ils ont conclu que l’objet possédait toutes les caractéristiques pour être classé comme phénomène aérien non identifié selon Alberto Vergara, l’analyste principal du Département de photogrammétrie de l’Air Force.

 Vous pouvez d’ores et déjà lire la mise à jour de Leslie Kean du 17 janvier 2017 : 

The Chilean Navy UFO Video: Is It A Plane?


Source: rt / huffingtonpost (traduction française sur : ovnis-direct) / sputniknews / sciencepost / fredzone / parismatch

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s