Sorties du corps, visions à distance, télépathie… Aux confins de la conscience

Après dix ans de recherche sur les états de conscience modifiés non ordinaires, Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire et Claude Charles Fourrier, psychothérapeute, ont reçu Claude Corse au siège de l’Institut suisse de sciences noétiques à Genève. Notre reporter y a rencontré Nicolas Fraisse, qui pratique d’incroyables sorties du corps (SHC) appelées aussi Out of Body Expériences (OBE), des visions à distance et des voyages guidés aux confins de la conscience pure…

Sans une plaque au nom intrigant, difficile de repérer l’entrée de l’institut suisse des sciences noétiques (ISSNOE) de Genève, au 2e étage d’un immeuble ordinaire, à deux pas d’une église dont les passants remarquent à peine le clocher.

Décorporation

Difficile d’imaginer que d’incroyables expériences de décorporation, qu’on appelle aussi « sortie du corps » ou EBO (out of body experience) et autres visions à distance aient pu être réalisées dans ces modestes bureaux où m’attend Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire et Claude Charles Fourrier, psychothérapeute.

niveau-conscience-de-lame

Mesurer les EBO

Depuis plus de 15 ans, nos deux experts des phénomènes paranormaux conduisent en toute discrétion un programme ambitieux unique en son genre sur les sorties de corps avec la collaboration de près d’un millier d’expérienceurs venus de partout. Ce projet concerne la validation des perceptions visuelles décrites par des volontaires pendant leurs EBO, sans doute la pratique la plus propice à la mise en place d’un cadre scientifique.

Ex-comptable infirmier

Parmi eux, il en est un qui a marqué les esprits depuis son arrivée. Nicolas Fraisse est un ex-comptable. Devenu infirmier sur la trentaine par compassion, il éblouit ses partenaires par la qualité de ses pratiques extra-sensibles, passant avec la même facilité des visions à distance à la télépathie, de la télékinésie aux soins énergétiques ou aux discussions avec les disparus.

Rencontre à Noêsis

« A cœur vaillant, rien d’impossible » semble dire notre aide-soignant, qui suit consciencieusement les consignes de ses instructeurs au fil de ce programme d’expériences qu’ils lui font vivre, longtemps soutenu par un mécène aujourd’hui disparu. Etrange révélation pour celui qui prenait le petit monde du paranormal pour un ramassis d’allumés jusqu’à sa rencontre avec le team Noêsis au congrès de Martigues en 2006, où une amie l’avait trainé.

Regardez aussi

Dix ans déjà

Depuis dix ans, Sylvie et son équipe ont mis au point un protocole scientifique extrêmement rigoureux autour des sorties de corps (OBE), le phénomène le plus apte, à en croire Claude Charles Fourrier, à la mise en place de mesures rigoureuses et d’un appareil statistique significatif.

Il entend aussi des voix

Notamment à travers ce dispositif inédit de 100 enveloppes cachetées renfermant une image que Nicolas Fraisse décrivait, seul dans sa pièce, par des aphorismes qui lui étaient dictés par une voix étrangère, surgie de nulle part. « J’avais la pétoche et l’impression d’être manipulé… » dira-t-il en repensant à ces échanges avec l’au-delà.

Préface de F. Lenoir

Et voilà comment nos trois mousquetaires du surnaturel, poussés par Frédéric Lenoir qui les a rencontrés au cours de leurs travaux, ont accouché d’un livre étonnant « Voyage aux confins de la conscience » publié aux Editions Trédaniel et dont le très médiatique philosophe des religions a signé la préface.

Cerveau et temps présent

Mais à travers l’OBE, qu’apprend-on sur la conscience ? se demande l’auteur. Tout comme la NDE, elle révèle son caractère « non local », c’est-à-dire que la conscience ne semble pas être liée à certains points de l’espace-temps (cerveau et temps présent).

Conscience omniprésente

Elle semble pouvoir se trouver aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du cerveau (…) qui fonctionnerait comme une sorte de récepteur pour une conscience omniprésente. Mais alors que reste-t-il de l’approche officielle des neurosciences qui explique que des impulsions électriques dans le cerveau sont à l’origine de la conscience ? Et si c’était le contraire ?

 

En bonne voix

A propos de conscience, voici encore deux extraits de textes « entendus » et retranscris en présence de Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier par Nicolas le lundi 11 janvier 2016. Précision : il ne connaissait pas la teneur des questions enfermées dans des enveloppes…

Vision d’un Tout

« La conscience n’est pas la source mais l’eau qui s’en écoule. La conscience n’est donc que le résultat d’un possible, que l’émergence tangible d’une vérité absolue. Le jeu de regard de la conscience est le miroir de l’infini, vision d’un Tout… »

conscience-2

Etincelle de conscience

Ainsi nous ne serions qu’une étincelle de conscience dans le cerveau d’un corps de chair. Chacune de nos cellules, chacun de nos atomes serait connecté avec tout l’univers et avec la source qui donne naissance à l’esprit comme à la matière…

Un colloque international s’est tenu ce week-end à Paris sur les expériences de mort imminente. Et enfin un média mainstream commence à s’intéresser à de véritables sujets ontologique… Pour voir le reportage de France3 cliquez ici.

Pour aller plus loin :

Institut suisse des sciences noétiques : www.issnoe.ch

Voyage aux confins de la conscience de S. Dethiollaz et C. C. Fourrier – www.editions-tredaniel.com


Source: alternativesanté

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s