LA LOI : LA JUSTICE ET LA JUSTESSE

Extrait du livre « Que diable suis-je venue faire sur cette terre ? » de Ghislaine Saint Pierre Lanctôt.

que-diable-suis-je-venue-faire-sur-cette-terre

LA LOI : LA JUSTICE ET LA JUSTESSE

La justice Divine, la justice réelle est intérieure. C’est la justesse.
Elle consiste à me faire justice à moi même : me traiter en Dieu.
De là , elle se manifeste à l’extérieur : je traite les autres comme moi-même en Dieux.
Elle est gage d’égalité et d’équité.
Toute justice extérieur est artificielle et illusoire, ainsi que les lois qui en découlent.
C’est l’injustice. Elle est gage d’inégalité et d’iniquité.

JUSTICE OU JUSTESSE ?

Il existe deux sortes de loi . La justice extérieur, basée sur la peur, conforme à la loi établie par les autorités. La justesse intérieure, fondée en droit, en équité. Elle sont diamétralement opposées.

Je choisis d’obéir à ma loi intérieur Divine. Pas de dualité, pas de conflit :
Je fais ma loi et j’y obéis. Ma loi est Divine et illimitée : j’ai tous les droits et aucun devoir.
Je suis souveraine, l’autorité suprême. Je ne répond donc qu’à moi.

MES DROITS DIVIN ILLIMITÉS

Toute loi est une usurpation de mes droit divin. Les chartes des droits de la personne sont une farce.
Qui peut s’autoriser à me reconnaître des droits, alors que je les ai tous ?!
Il n y a pas non plus de bonne ou de mauvaises loi. La vérité, c’est que certaines lois servent mes intérêts et je les dis bonnes; alors que d’autres lois desservent mes intérêts et je les dis mauvaises.
Et comme le bien et le mal n’existent pas, aucune loi n’existe. Et tout le système légal avec juges avocats, policiers, militaires, prisons …est illégitime et dépassé !
La nature divine des êtres humains leur confère des droits égaux et illimités à chacun.
Personne ne peut imposer sa loi à quelqu’un d’autre qu’à soi, ni juger qui que ce soit et encore moins la blâmer, la châtier, la gracier, ou la récompenser.
C’est se mettre en position de supériorité par rapport à l’autre personne et entrer dans la dualité supérieure-inférieure.
Je réalise que j’ai crée ce système d’injustice à mon image et à ma ressemblance.
Je suis injuste avec moi-même, je crie à l’injustice alors que je commets régulièrement des crimes de lèse-majesté envers ma divinité intérieure.
Je crois au bien et au mal et je vis dans cette dualité. Plutôt mourir qu’avoir tort. Je me soumets à la loi des autres et y obéis.
Je finance l’appareil d’injustice avec les impôts et les taxes que je paye.
Je me juge et juge les autres. Je manque de respect envers moi-même et je condamne les autres.
Je crée l’injustice sur terre. Il n’en tient qu à moi de créer la justesse. A moi de décider.

LES LOIS DE L’ARGENT

C’est la constatation du non-sens des lois qui m’a amenée à m’interroger sur le système d’in-justice qui prévaut. Ainsi, il est interdit de tuer. Cela me semble juste. Sauf que si la guerre se déclare, il est permis de tuer. Plus que cela, il est obligatoire de tuer, sinon c’est la prison. Et plus on tue, plus on est décoré.
Quant à ceux qui sont tués, ils ont leur nom gravé sur un monument qui porte l’inscription suivante : morts au champ d’honneur pour sauver la patrie.
La véritable inscription pourrait se lire comme suit : Moutons inconscients assassinés sur le terrain de boucherie par d’autres moutons inconscients pour servir les intérêts des illuminatis.
Tuer est tantôt mal et tantôt bien, suivant les intérêts en jeu.
Vu comme mal ; c’est interdit, vu comme bien, c’est permis. Et qui détermine ce qui est mal et ce qui est bien ?

L’ARGENT

Voilà donc qui contrôle et à qui profite le système légal avec tout son appareil de coercition : gouvernemental, judiciaire, policier; militaire, carcéral.
L’argent mène le monde. L’argent fait la lois . Les lois servent l’argent.

L’ÉVOLUTION DE LA LOI

La loi reflète l’état de conscience de l’humanité . Comme la loi repose sur la dualité du bien et du mal, elle remonte sans doute à notre connaissance de l’arbre du bien et du mal qui coïncide avec notre sortie du paradis terrestre. Elle est apparue avec l’individualisation de l’être humain et elle a servi à se protéger les un des autres. C’est un produit de la dualité, qui amené la séparation et se nourrit de peur.

PAS DE PEUR PAS DE LOI

La loi a évolué et évolue encore parallèlement au rapport involution/évolution ainsi qu’au niveau de conscience de l’humanité. Il n’est pas étonnant de constater une déspiritualisation de la loi proportionnelle à l’enfoncement de l’humanité dans l’expérience matérielle, l’involution.
Elle se traduit dans les faits par le passage du droit coutumier DC qui traite avec une personne naturelle, au droit romain DR qui traite avec une personne artificielle. On constate, parallèlement, une élévation du niveau de conscience de l’humanité qui se traduit par des objections de conscience et de la désobéissance civile.

DROIT COUTUMIER ET DROIT ROMAIN

Le premier des deux à faire sont apparition fut le DC qui traite l’être humain comme une personne naturelle, entier authentique « en chair et en os ». Au fur et à mesure que l’être humain s’enfonça dans la matière, le DR apparut et remplaça progressivement la personne naturelle par une personne artificielle, une entité de papier. Il fait de l’être humain un membre factice d’un bateau (ship) virtuel.
Le MEMBER-SHIP était né.
Cela remonte aux environs de 1500 avant j-c. Les phéniciens, grand propriétaires de flotte maritimes,  soucieux de limiter leur responsabilité du sort des produits qu’ils transportaient, conçurent la loi de la mer, applicable aux personnes qui montaient à bord de leurs navire.
Ils inventèrent la loi maritime, qui plus tard fut adoptée par les romains pour leurs navires.
Bientôt les Romains ont étendu la loi aux corporations (pour les professionnels et les artisans) et aux compagnies (pour les employés). La loi maritime s’est alors appelé le DR et elle a été imposée dans tous les pays de l’empire Romain.
A la chute de cet empire la papauté est devenue détentrice du pouvoir suprême de la hiérarchie du DR.
Au début du moyen-âge, le roi d’Angleterre, soucieux de limiter ses responsabilités, abdiqua sa personne naturelle de roi pour une personne artificielle, la couronne d’Angleterre. Le DR atteignait l’Angleterre. Il fut étendu aux marchands anglais sous forme de « charte », puis aux politiciens qui devinrent des « membres » du « corps politique », puis aux avocats qui devinrent des «membres du barreau» , aux médecins qui devinrent des « membres du collège (conseil de l’Ordre) ».

Ainsi s’établit la dictature de la couronne dans tous les domaines.
Le DR fut ensuite imposé dans les colonies anglaise, dont le Canada et les USA. Aujourd’hui, la législation civile des pays est fondée sur le DR.
Elle porte différents noms : loi maritime, loi de l’amirauté, droit civil, loi militaire, code civil, code Napoléon …. En 1930 se tint une réunion entre le gouverne-ment fédéral et les plus hauts juges du pays pour trouver une façon de déguiser la loi de l’amirauté et de l’appeler « n’importe quoi, mais pas ça ». Ils la rebaptisèrent la loi statutaire.
Le DC existe encore et il a toujours autorité sur le DR (dans les pays colonisés par l’Angleterre).
Pour y avoir recours, il faut l ‘exiger quand on va en cour. Sinon, c’est le DR qui prévaut.

Il est possible de se sortir du statut de personne artificielle et reprendre son statut de personne naturelle, et mettre fin aux contrats de « contribuable », « employé », « chauffeur », etc. que l’on a signés sans le savoir avec le gouverne-ment.
On retrouve alors son statut de personne naturelle et les libertés que confèrent le DC, notamment le droit de posséder une voiture (sans plaque), la conduire (sans permis), travailler (au blanc, sans retenues), contribuer volontairement aux dépenses publiques (sans impôts ni taxes). Tout ceci légalement, conformément au DC.

Je n’oublie pas que j’ai tous les droits et je ne reconnais aucune loi, ni le DC ni le DR.
Je suis divine et j’obéis à ma conscience.

On a beau tripoter les lois et le droits comme on voudra, on restera dans l’injustice tant qu’on ne se comportera pas comme des personnes souveraines qui n’obéissent qu’à leur loi intérieure, leur conscience.
Il nous faut sortir du compromis « pour plus de justice » ou pour un monde plus juste.
Ou il y a justesse, ou il y a injustice. Prenons vite conscience de notre divinité intérieure.
Fusionnons autorité et obéissance. Nous avons tous les droits et nous n’avons pas besoin de lois.

Obéir à la loi ou à Ma Conscience ?
Le procès de Nuremberg.
On y jugea les grands criminels de guerre nazis.
Les accusateurs reprochaient aux accusés d’avoir commis des crimes de guerre. Les accusés se défendaient en disant qu’ils n’avaient fait qu’obéir aux ordres de leurs supérieurs.
Le verdict fut : coupable. Coupable d’avoir obéi aux ordres plutôt qu’à leur conscience.
Les juges invoquèrent une loi supérieur, la loi de Dieu, qui ordonne d’obéir à sa conscience.
Ils stipulèrent que l’obéissance aux ordres reçus ne libère pas la personne de ses responsabilités face à sa conscience, alors que toutes les loi du DR imposent à la personne d’obéir aveuglément aux ordres des supérieurs et non à sa conscience.

LES PRINCIPES DE NUREMBERG

Certaines personnes ont pris conscience que leurs impôts servent à financer des meutres de masse.
Elles ont décidé de cesser de collaborer avec les crimes de guerre et l’ont déclaré de la façon suivante.

  1. Les principes affirment qu’il est du devoir de tous de refuser de soutenir les sociétés qui participent aux plans et activités de destruction de l’humanité.
  2. Les principes ont été ratifiés par les Nations-Unies et ses pays membres.
  3. Par conséquent elles décident de cesser toute contribution à ses crimes. Donc elles ne payent ni impôts ni taxes, tans que cette situation durera.

J’obéis à ma conscience quelles que soient les conséquences.


Trouvé sur: stopmensonges

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s