Un congrès sur le big bang au Vatican

L’Observatoire astronomique du Vatican tiendra du 9 au 12 mai un congrès sur le thème « Trous noirs, ondes gravitationnelles et singularités de l’espace-temps ». Au menu : une volonté de rendre hommage aux travaux du cosmologue jésuite Georges Lemaître, mais aussi d’établir des ponts entre Église catholique et science.

(ndlr: Ne pas con-fondre religion et spiritualité !  La première est facteur de division, la seconde d’union. L’une affirme la séparation, l’autre l’unicité… De plus la naissance de l’Univers vient d’une forme-pensée, pas d’une explosion. Religion = à la poubelle définitivement 😉  Par contre il est vrai que science et spiritualité sont deux chemins de connaissance métaphysique. Leur but est identique. Même si le mental n’arrivera jamais à expliquer par ses modes de communication 3D ces concepts.)

observatoire-astronomique-vatican-1

La conférence, qui se déroulera à Castel Gandolfo, au sud de Rome, réunira un total de 35 scientifiques et cosmologues, tels le néerlandais Gerard ‘t Hooft, lauréat du prix Nobel de physique en 1999, et le physicien et mathématicien britannique Roger Penrose.Ces chercheurs seront rassemblés afin de discuter de science, mais aussi de célébrer le cosmologue jésuite Georges Lemaître, considéré comme l’un des pères de l’idée selon laquelle l’Univers est né d’une gigantesque explosion : le big bang.C’est le père Lemaître qui fut le premier, en 1927, à expliquer que l’éloignement des galaxies est la conséquence d’une expansion de l’Univers – une conclusion à laquelle il est arrivé en résolvant des équations qui composent la théorie de la relativité d’Einstein.Concilier science et religion?Cette conférence n’est pas la première tentative du Vatican de tisser des liens entre science et religion. Le lieu même où se tiendra le congrès, l’Observatoire astronomique du Vatican, a été créé en 1891 par le pape Léon XIII pour contrer l’image d’une Église catholique hostile à la science.

observatoire-astronomique-vatican-domeLe dôme de l’Observatoire astronomique du Vatican. Photo : Reuters/Tony Gentile

Le patron actuel de l’Observatoire, le jésuite Guy Consolmagno, a déclaré en marge de l’ouverture de la conférence que les travaux du père Lemaître ont démontré qu’il est possible de croire à la fois à Dieu et au big bang. Selon Guy Consolmagno, « l’acte de création de Dieu n’est pas quelque chose s’étant produit il y a 13,8 milliards d’années, c’est quelque chose qui se produit continuellement ».

Les chrétiens croient à un Dieu qui est responsable de l’existence de l’Univers, et notre science nous explique comment Il a fait.

Guy Consolmagno, directeur de l’Observatoire astronomique du Vatican

En 2014, le pape François s’était aussi prononcé sur le lien entre big bang et religion. Invité par les membres de l’Académie pontificale des sciences, il avait déclaré que le big bang ne contredit pas « l’intervention créatrice de Dieu – au contraire, il la requiert », ajoutant que l’évolution n’est pas incompatible avec l’idée de Dieu, car elle nécessite « la création d’êtres capables d’évoluer ».

mlarge-pape-francois
Le pape François en mars 2016 Photo : Getty Images/Franco Origlia

À cette occasion, le pape François avait également mis en garde contre une interprétation hâtive de la Création dans la Genèse, estimant qu’il est « risqué d’imaginer Dieu comme un magicien, avec une baguette magique capable de tout faire », car « il n’en est pas ainsi ».Un « dialogue » qui ne fait pas l’unanimitéAu Québec, ce rapprochement entre science et religion intéresse notamment le chercheur Yves Gingras, professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences.Selon lui, nous assistons depuis les années 1980-1990 à l’émergence d’un nouveau discours qui prône une réconciliation entre les théories scientifiques et la religion, pour qui l’Univers est l’oeuvre de Dieu. Pour Yves Gingras, ces deux objets – science et religion – sont pourtant « incompatibles » puisqu’ils « ne parlent pas de la même chose ».

La théorie du big bang n’a rien à voir avec la création de l’Univers; elle a à voir avec les débuts de l’Univers. La science se limite à cette question, et ne dit rien sur Dieu.

Yves Gingras, en entrevue avec Joël Le Bigot le 6 février 2016

Dans son ouvrage L’impossible dialogue : sciences et religions, Yves Gingras rappelle que le terme « dialogue » entre science et religion a d’abord été utilisé par le pape Jean-Paul II, en 1979. Depuis, « il semble que la nouvelle stratégie des groupes religieux et des sectes est de récupérer les théories scientifiques plutôt que de s’opposer à elles », comme ce fut le cas par le passé, affirme M. Gingras.Résultat : le discours scientifique est aujourd’hui repris par « une institution [l’Église catholique] qui tente d’imposer ses vues », alors qu’il faudrait plutôt laisser la science et la religion « s’en aller dans des chemins parallèles », souligne le chercheur.


Source: Radio-Canada avec Associated Press et Reuters

http://ici.radio-canada.ca


Partagé par: www.arcturius.org

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s