Nous sommes Un: le partage de David

Les témoignages d’éveil spirituel sont très vibratoires et peuvent aider beaucoup de gens !

Chaque expérience étant unique, un appel est lancé a toutes celles et ceux qui souhaitent partager leurs ressentis et les publier par écrit, en audio ou en vidéo. Cela aura pour conséquence de montrer à quel point l’éveil se répand dans le monde francophone (l’audience de ce site l’est essentiellement), de désenclaver les points de vue pour une meilleure vue d’ensemble et de « regrouper la famille » 😉

Vous pouvez prendre contact ici ou par email: uhxnue@gmail.com

Merci d’avance de vos si précieuses contributions !


Plus on partage plus on possède. Voilà le miracle.  (Léonard Nimoy)


Bonjour, je m’appelle David, j’ai 25, originaire de Genève et je vais témoigner de mon éveil.
L’éveil vient soit par intérêt de la personne qui découvre ce qu’il se passe lors de ses recherches, soit c’est une nécessité, une remontée des enfers, comme moi.

Mon éveil a commencé il y a un bientôt deux an, en août 2015. Je suis conscient que j’ai encore un gros chemin à parcourir qui, sûrement, ne se terminera jamais et que ceci n’est que mon propre ressenti actuel. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais adopter une vue d’ensemble. Je suis quelqu’un d’hypersensible, d’empathique, très timide tout en étant têtu, sceptique, curieux, très dur avec moi-même avec une grosse soif de compréhension. J’ai toujours été sensibilisé à l’écologie, la nature et le respect par l’un ou l’autre de mes parents. J’ai eu une enfance généralement facile mais avec, tout de même, des blessures qui sont aujourd’hui encore présentes, bien que beaucoup moins gênantes.

A la fin de mes études d’architecture, je me suis lancé dans la vie professionnelle. Je découvris alors comment le monde « adulte » fonctionne vraiment. Entre le stress, la pression, l’argent, le pouvoir, le manque de temps personnel (20 jours de vacances par an est un gros choc, surtout pour un gros dormeur) qui mène à la fatigue et aux burn-out, les manipulations, le faux-cul-isme, les injustices, les grosses-têtes remplient par leur ego et l’impression d’être bloqué dans cette spirale etc…

Bref, dans tout cela je ne trouvais pas de joie, je ne comprenais pas pourquoi c’était ainsi, pourquoi c’était si compliqué et surtout pourquoi tout le monde continuait à vivre de la sorte et continue encore et toujours. Je ne me voyais pas vivre ainsi en attendant la retraite pour être enfin libre mais sans pouvoir sortir de chez moi. Puis ça a empiré quand j’ai commencé à voir dans quel état étaient la politique, la finance, les médias, la science, la géopolitique, j’ai pris conscience des complots, de la corruption, de la violence sur notre monde, des mensonges… Tout ce qui fait notre société est pourri, manipulé à l’extrême pour en tirer le plus de profits (argent, émotions négatives). J’ai développé une rage intense et une colère insupportable face cette injustice flagrante et je ne comprenais pas, pouvant voir tout ça moi-même, comment autant de gens peuvent vivre dans un système pareil et s’en contenter ? Les grands dirigeants n’ont-ils donc pas de cœur ? Pas de sentiments ? Leur ego et la Peur les a aveuglés …

Je voyais le mal partout et ça me tuait. C’est ça la vie ? C’est si pauvre ? Si moche ? Non pas possible…

Je regarde la nature et je vois qu’elle est magnifique, fraîche, parfaite et je regarde l’Homme et ce qu’il en a fait…Je ne comprenais pas comment on a pu autant dévier du naturel. Le bitume partout, des immeubles en béton gris partout, des continents de déchets et de la violence, beaucoup de violence. Dans la nature, à part pour des questions de survie, il n’y a pas de violence, il n’y a qu’équilibre et harmonie !

J’avais envie de crier au monde d’ouvrir les yeux, qu’il voit ce que je vois, qu’il comprenne et ressente ce que je vis. Mais de quelle manière ? A qui ? Qui serait assez compréhensif pour m’écouter et ne pas me prendre pour un fou de complotiste ?

En regardant autour de moi je me sentais seul et pourtant j’étais bien entouré. J’ai essayé d’en parler à ma moitié mais sentant qu’elle n’était pas vraiment emballée, j’ai préféré me taire. Mon meilleur pote comprenait certaines choses car on a la même façon de les voir, sauf que j’ai pris de l’avance sur d’autres sujets plus profonds, si je puis dire, même beaucoup d’avance grâce à ma soif de compréhension et de vérité. Je me retrouvais seul face à ce tas infini d’informations, j’étais perdu, je ne savais plus quoi ni qui croire, ni quoi faire …

Quelques mois après j’ai commencé à dépérir, je n’avais plus la force, j’étais fatigué. La qualité de mon travail diminuait, je doutais de ma relation amoureuse car mon mental me disais que je ne serai jamais heureux avec elle, je perdais gentiment contact avec mes amis, j’étais inconsciemment en déprime profonde, j’avais perdu goût à la vie et je commençais à avoir des doutes sur ma santé mentale. Un jour, pendant une poignée de secondes, je me suis surpris en train de me demander s’il ne fallait pas mieux que je sois mort car ça en devenait insoutenable. Je me suis vite aperçu de mon égoïsme, c’était ça ma folie, et je me suis repris avec trois bonnes claques. J’étais conscient de mon état, c’était déjà ça !

Voici pour ceux que ça intéresse, voici un texte coup de gueule que j’ai écrit durant cette période :

Je ne suis pas libre de faire ce que j’aimerai, ce que je veux, ce qui est bien pour moi et les autres. Je suis dans un moule préformé depuis des décennies, dès ma naissance. Sur ma façon de manger, de m’habiller, de parler, de jouer, d’apprendre, etc… Puis, sur ma façon de penser et de vivre !

Ma façon de penser et de vivre vont à l’encontre de tout ce que je vois et tout ce que je vis. L’injustice, la peur, la haine, le stress, la mort, le pouvoir de l’argent, la guerre, les mensonges, la pollution, les cons … tout ça crée un trou noir au plus profond de moi qui avale toute motivation et joie de vivre. Je ne peux plus fermer mes yeux face à ça, comment pourrai-je vivre heureux avec cette sensation de dégoût permanent au fond de moi ?

Alors je n’ai trouvé qu’une seule solution à ça: le seul endroit où la seule règle est qu’il y en a pas, le seul endroit où je ne serai pas jugé, où je pourrai me déconnecter totalement de ce monde de fou, c’est mon chez moi. Seul.

Depuis, je comprends mieux pourquoi un chez-soi est si important. Et je ne peux que plaindre ces pauvres familles qui fuient leur maison toute leur vie pour fuir la guerre et je ne peux que détester ces gens aisés qui les maltraitent, les insultent et les chassent.
Toutes ces personnes qui n’ont jamais imaginé une seule seconde être à leur place et voir la galère dans laquelle sont ces réfugiés.

Imaginez que le pétrole se trouve en Europe, à mon avis le cours de l’histoire n’aurait pas du tout été le même !

Nous vivons dans un monde malsain, verdâtre jusqu’à la plus haute hiérarchie. Nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis et la chute sera très violente ! Pourquoi une chute ? Parce qu’on ferme les yeux sur tout et qu’on délègue notre pouvoir, le pouvoir de vivre et de choisir, à une « chose » en laquelle nous n’avons plus aucune confiance.

On va droit dans le mur, ce système ne marche plus. Changer n’est pas synonyme de reculer, mais d’évoluer ! Pourquoi ne faut-il pas penser différemment du mouvement dans ce cas ? A méditer.

Je ne comprends plus les gens, ce monde ainsi que leurs motivations. J’en ai marre de m’adapter … m’adapter c’est me changer et me changer c’est me perdre. J’ai besoin que d’une seule chose, qu’on me comprenne.

Puis un jour, ayant fait le tour de ce qui existait, ce qui était palpable et en voyant que je ne pourrai plus m’agripper à rien, la vie m’emmena voir du côté spirituel.

Depuis là tout a changé: ma vision du monde a encore évolué, je comprends de mieux en mieux ce monde, ma colère a diminué en comprenant le sens du terme lâcher-prise, le libre arbitre, le non-hasard et du lien fort, invisible, divin, qui nous lie tous. Compris qu’il y avait des choses incompréhensibles mais pourtant bien réelles.

Je n’ai jamais cru au Dieu que décrivent les religions dominantes, je n’avais donc aucune foi dans le divin et la religion avant tout cela. J’ai remarqué à un certain moment que pour que je puisse continuer mon développement, il fallait que je trouve la foi. J’ai essayé de me forcer, mais mon cœur n’était pas emballé.
Néanmoins les preuves que je découvrais au fur et à mesure m’ont bien obligées à remettre fortement toutes mes croyances en question. Plus possible de ne pas prendre en compte ce sujet lors de mes longues réflexions sur le monde et la Vie. Souvent c’est là que tout se joue !

J’ai appris à voir la beauté dans ce monde, avoir un esprit fraternel, ouvert et rempli d’Amour à partager. J’ai vois de la beauté dans l’Humain, les communautés, les amis, dans ceux qui acceptent la situation mais se battent pour un meilleur mode de vie, dans la perfection de la nature et j’ai des frissons de voir qu’il y a de plus en plus de gens qui s’éveillent et ne se laissent pas tomber. J’ai eu de grosses surprises lorsque des proches sont venus vers moi pour me poser des questions et m’écouter avec grande attention. Ca fait vraiment chaud au cœur.

Comment savaient-ils que je pensais de cette manière ? J’ai un peu essayé d’imposer ma version au début mais les regards d’étonnements de leur part m’ont refroidi. J’ai fait plus simple, j’ai implanté une graine dans leur tête en leur montrant des vidéos, articles à leur porté, des chaines et des journaux reconnus fiables dans leur monde médiatique. Si vous voulez faire évoluer les consciences, soyez un phare pour votre entourage et votre environnement, montrez l’exemple et les consciences évolueront au bout d’un certain temps. Peut-être que vous découvrirez des personnes dans votre entourage qui ont la même vision que vous finalement. D’autres vous fuirons naturellement. Ainsi soit-il. A chacun son rythme de développement. Il ne faut pas forcer les gens, ils évolueront quand ils seront prêts.

La Vie est bien plus complexe que ce que l’on pense, tout comme notre cerveau. Les scientifiques ne savent finalement rien sur notre cerveau et ses capacités. Toutes les  théories sont bonnes à entendre et à prendre en compte à ce niveau-là, tant que rien n’est prouvé, tout est possible.
J’ai aussi compris que la psychologie est bien plus importante que ce qu’on nous a appris et qu’un virus touche de plus en plus de monde : la perversion narcissique, un vrai fléau.

Aujourd’hui je commence à trouver la paix en moi. Même si c’est un combat que je mène tous les jours en gardant force et espoir, je continue d’apprendre et de comprendre, même si je ne sais pas quel est mon but de vie. Je le reconnaîtrai quand je serai prêt à le comprendre. J’ai encore beaucoup de questions qui restent sans réponse pour le moment, mais je ne suis plus aussi pressé qu’avant, je laisse les choses venir (tout en les provoquant consciemment ou inconsciemment).

Soyez patients, soyez confiants et soyez forts.

Je vous aime tous, qui que vous soyez !

David

namastéImpression


Ûhxnûé

Merci de partager ces textes dans leur intégralité en citant la source ainsi que l’auteur.

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s