Les dessous de la ceinture de Van Allen

Les électrons de très haute énergie, plus de 5 MeV, résultent des explosions d’étoiles ou de collisions d’astres. Pourquoi épargnent-ils la Terre ? Cette énigme vient tout juste d’être résolue par les deux sondes jumelles Van Allen de la Nasa, lancées en 2012 pour étudier l’environnement électromagnétique de la planète.

cover-r4x3w1000-57dfbca5d5c2f-van-allen

Une représentation de la ceinture de Van Allen qui protège la Terre des électrons de très haute énergie.

Une ceinture interne et une ceinture externe

Ces électrons qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière devraient franchir la ceinture de radiations naturelle appelée la ceinture de Van Allen qui stoppe déjà les particules moins énergétiques.

C’est l’américain James Van Allen, disparu en 2006, qui avait découvert en 1958 grâce à la sonde Explorer 1 cette ceinture de radiations.

 

Une représentation de la ceinture de Van Allen et des particules déviées ; en jaune les électrons de haute énergie chargé négativement, en bleu les protons chargé positivement. Crédit Nasa.

Les deux sondes de la Nasa ont ainsi été baptisées en son honneur. À l’époque, cette découverte fut une vraie surprise, personne ne se doutait de l’existence de telles structures à l’intérieur de la magnétosphère, lorsque les compteurs Geiger de la sonde Explorer 1 ont enregistré une densité de particules énergétiques entourant l’équateur magnétique de la Terre.

BARRIÈRE. Par la suite, deux régions distinctes ont été identifiées : une ceinture interne qui s’étend entre 700 et 10 000 km d’altitude et qui renferme essentiellement des protons (particules du noyau atomique) de haute énergie, et une ceinture externe entre 13.000 et 65.000 km, riche en électrons de haute énergie. Or, les sondes Van Allen de la Nasa viennent de révéler que la bordure interne de la ceinture extérieure constitue en soi une barrière infranchissable pour les électrons de haute énergie.

Présentant une densité de charge importante, elle dévie ces électrons : ils se trouvent arrêtés à une altitude de 12.000 km environ et ne pénètrent même pas dans la haute atmosphère de la Terre… Sauf en période de grosses activités solaires où des éruptions viennent perturber la magnétosphère.


Source: Azar Khalatabari  /  science & vie

Publicités

4 réflexions sur “Les dessous de la ceinture de Van Allen

    1. Bonjour Jocelyne,

      Merci de votre commentaire.

      Cette question est pertinente et la réponse est oui et non… 😉

      Non car notre constitution physique, notre corps de matière « dense », ne le supporterait pas.

      Oui car nos autres corps, plus subtils donc moins « denses », ne connaissent aucune limite d’espace-temps ou d’obstacle quel qu’il soit, en l’espèce énergétique.

      L’image la plus connue pour se représenter le voyage dans l’univers est le film Avatar et la possibilité de téléporter l’esprit d’un être d’un corps physique à un autre corps physique.

      C’est du reste ce que nous faisons tous d’incarnation en incarnation… 😀

      Bien à vous,

      Pierre

      J'aime

    2. L’homme n’a pas mis les pieds sur la lune en 1968… ça c’est certain. Toutes les images ont été tournées en studio. Il existe une multitude d’anomalies démontrant ceci.

      Cela ne signifie pas qu’il n’y a jamais été et qu’il ne dispose pas de la technologie ad hoc pour les voyages interplanétaires. Technologie bien évidemment secrète développée parallèlement aux recherches « grand public » de la NASA, institution qui ne sert qu’à faire écran de fumée.

      J’ai publié un article sur les « soucoupes volantes »: https://uhxnue.wordpress.com/2017/05/18/les-vaisseaux-spatiaux-nexistent-pas/

      Par transmission et réplicateurs, ces engins peuvent être envoyés sous forme de signal et matérialisés dans n’importe quelle station réceptrice.

      Comme il y en a sur Sélène (la lune) mais pas uniquement. Sur Mars également.

      Raison pour laquelle les films de la Nasa et l’expédition lunaire de 1968 sont des montages: de véritables séquences auraient immanquablement dévoilé les structures implantées sur la Lune et auraient mis immédiatement en lumière le mensonge millénaire de l’unique présence humaine dans l’univers.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s