Les petits bonhommes allumettes : se libérer des émotions négatives

Je vous présente ici un outil pour augmenter votre bien-être en jouant sur votre émotionnel et sur votre subconscient.

Cette technique ludique et extrêmement simple à appliquer permet de se libérer des émotions négatives en coupant les liens d’attachement toxiques : il s’agit de la technique des petits bonhommes allumettes.

Elle peut être utilisée par tout le monde. Elle peut donner des résultats étonnants en terme de maîtrise de soi et d’apaisement.

Moi-allumette-1La méthode des bonhommes allumettes a été mise au point par le thérapeute canadien québecois Jacques Martel. Elle consiste à couper les liens d’attachements que nous avons établis avec des personnes ou des situations. Les émotions négatives générées par ces liens nous empêchent de prendre du recul et de disposer de la sérénité nécessaire pour aborder ces personnes ou ces situations. Je vous la présente ici à la lumière de ma propre expérience et de l’utilisation que j’en ai faite.

La différence entre l’amour et l’attachement

Il ne faut pas confondre l’amour et l’attachement. L’amour est un don de soi, désintéressé et détaché, qui consiste à partager réciproquement des sentiments sans vouloir contrôler l’autre et sans vouloir le changer. L’amour véritable doit être inconditionnel sans cela, ce n’est pas de l’amour mais de l’attachement. Or, l’attachement est un lien toxique qui entrave la relation et qui correspond à une volonté de contrôler autrui, d’imposer à l’autre nos exigences plutôt que de lui exprimer nos besoins. L’attachement génère des émotions négatives telles que la tristesse, la colère, l’envie, la haine, l’anxiété… Toutes ces émotions créent de la souffrance consciente ou inconsciente.

Couper les liens d’attachement que nous avons avec une personne ne remet pas en cause l’amour que nous lui portons. Au contraire, s’il y a de l’amour, la suppression des liens d’attachement ne fera que renforcer cet amour. Couper ces liens revient à lâcher prise sur une personne ou une situation pour nous permettre de prendre du recul et de nous libérer. Cela débouchera sur plus de liberté personnelle pour nous mais aussi pour l’autre personne. Nous serons plus disponibles pour aider ceux que nous aimons vraiment.

Situations émotionnellement denses

Je suis pratiquement certaine que vous connaissez tous au moins l’une des situations que je vais décrire ici, ou du moins que vous avez vécu une situation comparable. Cela évoque-t-il quelque chose pour vous si je dis :

« – Je m’inquiète pour l’avenir de mon fils de 16 ans ! Il ne travaille pas au lycée, ses notes sont déplorables, il se fiche de tout, ça me mets en colère et c’est une bataille incessante pour le forcer à travailler. Que va-t-il devenir plus tard ? »

« – Je suis excédée par le comportement de mon mari ! Il ne participe pas à la vie de la famille, dès qu’il a 5 minutes il part son club de badminton. Il trouve tous les prétextes pour éviter la maison, il s’est porté volontaire pour s’occuper de la prochaine manifestation du club et ça lui prend tout son temps ! »

« – Non mais quel abruti mon boss ! Il s’imagine quoi ? Il se pavane avec sa nouvelle bagnole pendant qu’il nous demande de faire des efforts parce que la boîte est en difficultés ! Je peux plus le supporter ! »

« – Je suis vraiment très affecté par les problèmes de mon meilleur ami. Il se bat contre un cancer depuis plus de 6 mois et là, il perd le moral, il baisse les bras. Je trouve cette maladie tellement injuste, il n’a pas mérité ça, je ne sais pas comment l’aider à s’en sortir… »

« – Ça fait 50 fois que je dis au voisin de ne pas se garer en face de mon portail parce que ça m’empêche de sortir la voiture de ma cour, et malgré ça il continue ! Il m’horripile ! Je vais lui faire bouffer sa voiture moi ! »

« – Je vois bien que ma fille a des problèmes avec son copain… Je lui ai dit qu’elle devrait le quitter amis elle ne m’écoute pas ! Je ne sais pas quoi faire pour la convaincre, je me fais énormément de soucis pour elle ! Ça m’empêche même de dormir. »

« – J’ai une présentation à faire la semaine prochaine devant les élèves du collège de ma fille et j’ai énormément le trac. Je n’aurais pas dû me lancer dans ce projet ! Et si ça ne se passe pas comme j’ai prévu ? Et s’ils posent des questions ? Et si je ne sais pas répondre ? J’angoisse ! »

« – J’ai mis la maison en vente il y a deux mois et je n’ai reçu aucun contact. Ça me préoccupe parce que j’ai absolument besoin de réussir à la vendre rapidement. Je ne peux pas continuer à faire les trajets avec mon nouveau boulot : ça fait bien trop de route ! Qu’est-ce que je vais faire si je ne réussis pas à la vendre ? »

« – Ma belle-mère ? J’ai carrément coupé les ponts ! C’est une vraie langue de vipère. Ça fait des années que je ne lui parle plus et je m’en porte très bien. Rien que de penser à elle ça me met en rogne ! »

« – Je pense souvent à mon frère… Depuis qu’il est décédé dans l’accident, je me sens responsable… Si seulement je ne lui avais pas prêté ma voiture ce jour là, il ne serait pas mort ! »

« – Ma fille ? Je ne sais pas… je n’ai plus de nouvelles… elle ne veut plus me voir. J’ai essayé plusieurs fois de la contacter mais elle refuse même de me parler au téléphone ! Je suis tellement triste… »

« – Je ne pourrai jamais vivre sans ma femme ! Ça fait plus d’un an que nous sommes divorcés mais je continue d’espérer qu’elle va revenir… elle va se rendre compte que c’était une bêtise de me quitter… »

Ces situations sont le résultats de nos relations personnelles avec le monde qui nous entoure. Nous sommes connectés consciemment ou inconsciemment aux personnes qui gravitent dans notre vie et aux situations que nous traversons quotidiennement. A chaque fois que nous rencontrons une personne nous établissons des liens avec elle. De même, à chaque fois que nous sommes confrontés à une situation, celle-ci nous impacte plus ou moins fortement. Ces liens que nous tissons sont toxiques pour notre bien-être. Ce sont des liens d’attachement. Lorsque nous établissons ces liens, c’est un peu comme si nous laissions auprès de ces personnes ou de ces situations un petit peu de nous, un petit peu de notre énergie vitale. Et comme le dit si bien l’expression « les petits ruisseaux font les grandes rivières », à force de petites pertes d’énergie ici et là, c’est une quantité considérable d’énergie vitale qui finit par nous faire défaut. Alors, l’épuisement émotionnel nous guette. La solution ? Couper les robinets et arrêter les fuites ! C’est l’objet de la méthode des petits bonhommes allumettes que je vous présente aujourd’hui.

Principes de base

Cet exercice fait appel aux capacités de votre subconscient. Celui-ci a une immense capacité à retenir ce que vous écrivez. Pour cette raison, il est important d’écrire et pas uniquement de penser l’exercice.

D’autres part, votre cerveau ne fait aucune distinction entre ce qui est réel, ce qui est virtuel, ce qui est imaginaire et ce qui est symbolique. Admettons que vous raffoliez du chocolat (je sais de quoi je parle) : lorsque vous voyez une boîte de chocolat vous salivez (c’est le réel) et lorsque vous pensez à cette boîte vous salivez également (c’est l’imaginaire). Si maintenant vous voyez au cinéma une publicité pour vos chocolats préférés avec en prime des lunettes 3D sur le nez vous allez aussi saliver (c’est le virtuel). Si vous rangez toujours vos chocolats dans une boîte en métal verte, la simple vue de cette boîte déclenchera une salivation (c’est le symbolique). Pourtant, la salivation est un processus physiologique qui permet de préparer les aliments à la digestion, or la digestion n’aura lieu que dans le cas réel ! Mais notre système nerveux lance l’ordre de produire de la salive sans faire la différence entre le réel, l’imaginaire, le virtuel et le symbolique. Cette incapacité de distinction va être très utile dans la technique des bonhommes allumettes.

Un autre principe à respecter pour cette méthode des bonhommes allumettes est de ne faire l’exercice qu’avec des personnes où des situations pour lesquelles vous êtes directement impliqués ! Chacun conduit sa vie et personne n’est supposé intervenir dans votre vie pour en modifier le cours de même que vous n’avez pas à intervenir dans celle des autres. Si vous avez deux amis fâchés à mort et qu’il vous vient l’idée de favoriser leur réconciliation en faisant cet exercice, abstenez-vous ! Cela reviendrait à vouloir les contrôler, ce qui serait contre-productif puisque nous avons vu précédemment que cette technique vise à couper les liens d’attachement pour justement se libérer de toute forme de contrôle exercé sur autrui. Vous ne devez utiliser cette technique qu’en la centrant sur vous-même : vous-même par rapport à une autre personne ou vous-même par rapport à une situation que vous vivez personnellement. Si une situation entre deux personnes vous préoccupe (vos deux amis fâchés à mort), alors vous pouvez faire l’exercice entre vous-même et la situation et/ou entre vous-même et chacune des deux personnes tour à tour. En aucun cas vous ne faites l’exercice des bonhommes allumettes entre vos deux amis puisque vous n’êtes pas directement impliqué.

Pour les plus curieux d’entre vous, sachez que les liens d’attachement sont reliés aux sept principaux centres d’énergie du corps. Ces centres d’énergie sont appelés « chakras » dans les école de yoga indiennes. Ils sont localisés le long d’un canal énergétique principal situé dans la colonne vertébrale, au centre de la moelle épinière et qui remonte depuis le sacrum jusqu’au sommet de la tête.
Il n’est pas nécessaire de connaître cela pour appliquer la technique des bonhommes allumettes. Pour utiliser l’exercice et pour qu’il fonctionne, il n’est pas non plus important de croire ou de ne pas croire en l’existence de ces centres d’énergie.
Nous sommes donc reliés aux autres et aux situation par nos chakras. Chaque chakra correspond à une localisation corporelle précise et à un niveau de conscience. Chacun de ces sept centres d’énergie est relié à une glande endocrine ayant pour effet de régulariser le fonctionnement de vos organes et des systèmes de votre corps.

sept principaux chakras

Comment procéder ?

Vous devez en premier vous dessiner vous, dessiner ensuite l’autre (personne ou situation), symboliser les attachements qui vous lient (7 niveaux) puis couper ces attachements.

Matériel requis

Vous avez besoin d’une feuille blanche, d’un crayon ou d’un stylo (si vous le souhaitez les couleurs correspondant à chaque chakra) et d’une paire de ciseaux. La majeure partie du travail est faite par votre subconscient puisqu’elle est symbolique. Laissez donc travailler votre cerveau et vos émotions…

Méthodologie des bonhommes allumettes

1) Dessinez-vous comme un petit bonhomme allumette sur la partie gauche de la feuille : la tête, les yeux, le nez, la bouche, le corps, les bras, les jambes. Écrivez en dessous votre prénom et les initiales de votre nom de famille. Le bonhomme allumette c’est celui de vos premiers dessins d’enfant… souvenez-vous ! Pas besoin donc d’avoir fait l’école des beaux-arts pour se lancer !

2) Dessinez la deuxième personne à côté sur la partie droite de la feuille et écrivez en-dessous le prénom de cette personne et l’initiale de son nom de famille.

3) Tracez un cercle de lumière (à la manière des soleils de vos dessins d’enfant) autour de votre bonhomme pour symboliser que vous souhaitez ce qu’il y a de mieux pour vous-même.

4) Tracez un cercle de lumière autour du deuxième bonhomme pour symboliser que vous souhaitez ce qu’il y a de mieux pour cette personne.

5) Tracez un cercle de lumière autour des deux bonhommes, en rajoutant des petits rayons de lumière qui symbolisent que vous souhaitez, ce qu’il y a de mieux pour vous deux, sans donner d’intention précise en laissant faire votre subconscient. Peut-être que ce qu’il y a de mieux pour vous et votre patron c’est que vous n’ayez plus aucun contact, que vous changiez de travail, ou bien peut être que ce qu’il y a de mieux c’est que vous arrivez à renouer la communication pour vous entendre à nouveau. Vous n’en savez rien, donc vous ne mettez aucun intention précise.

6) Tracez ensuite les lignes d’attachement conscientes ou inconscientes entre les deux bonhommes au niveau des différents centres d’énergie (chakras).
Il doit y avoir 7 lignes qui relient les 7 chakras, c’est à dire, de bas en haut :

chakras

– chakra racine
– chakra sacré
– chakra du plexus solaire
– chakra du cœur
– chakra de la gorge
– chakra du 3ème œil
– chakra couronne

Vous pouvez les faire de la couleur correspondante (selon votre humeur du moment et selon que vous disposez des crayons de couleur ou des feutres nécessaires) mais ce n’est pas une obligation.

Vous obtenez ceci :

Allumettes-personne-1

7) Avec les ciseaux, découpez la feuille de papier au niveau des lignes d’attachement.

allumettes personnes 2

Et c’est tout. Vous faites ce que vous voulez des deux morceaux de papier : vous les jetez à la poubelle, vous les passez au broyeur, vous les brûlez en disant « Vos problèmes sont vos problèmes et je ne les endosse pas ! », ce qui peut ajouter une dimension symbolique supplémentaire. Faites vraiment comme vous le sentez.

Le fait de faire l’exercice des bonhommes allumettes va vous permettre de vous libérer consciemment ou inconsciemment des liens d’attachement que vous trimbalez après vous. Vous pourrez percevoir immédiatement ou plus tard des changements plus ou moins importants dans votre ressenti. Du fait que l’exercice va vous permettre de modifier votre attitude vis à vis de l’autre en levant le contrôle que vous exerciez sur lui, vous verrez également l’autre changer d’attitude à votre égard. L’ensemble sera bénéfique à la relation entre les deux.

Dans quels cas l’utiliser ?

Vous pouvez vous servir de cet exercice des bonhommes allumettes avec toute personne qui entretien une relation avec vous-même directement (amicale, amoureuse, familiale, professionnelle ou sociale).

Vous pouvez faire l’exercice avec une personne décédée, le fait qu’elle ne soit plus en vie n’empêche pas que vous puissiez encore souffrir en ressentant des émotions négatives en lien avec cette ancienne relation.

Vous pouvez aussi utiliser la technique des bonhommes allumettes pour améliorer un point personnel : vous pouvez représenter à l’aide des bonhommes allumettes deux facettes de vous-même (par exemple « vous en bonne santé » et « vous malade », ou bien « vous serein» et « vous angoissé», …) cela pour travailler sur un aspect de vous dont vous voulez vous détacher ou pour régler un problème personnel.

Enfin vous pouvez appliquer l’exercice à une situation qui vous pèse ou dans laquelle vous vous sentez enlisé parce que votre subconscient refuse le changement. En demandant ce qu’il y a de mieux pour vous, vous pouvez vous détacher émotionnellement de cette situation et permettre à d’autres solutions d’arriver à vous parce que vous vous rendrez disponible : vous serez de nouveau à l’écoute. Dans ce cas, vous dessinez à gauche un bonhomme allumette qui vous représente comme précédemment et vous devez représenter à droite la situation sous la forme d’un rectangle vertical à l’intérieur duquel vous décrivez cette situation qui vous concerne directement et pour laquelle vous souhaitez faire l’exercice.
Exemples de situations : vente de votre maison, perte de votre emploi, divorce d’avec votre conjoint… Vous obtenez :
Allumettes-situation-3

Allumettes-situation-4

Cet article est plutôt long mais je tenais à vous présenter le plus précisément possible cette technique des bonhommes allumettes. Vous ne risquez rien à l’essayer. Bon exercice à tous ! Faites-moi par de vos expériences et de vos résultats à ce sujet.


Auteur: Isabelle Ducau


Dessins : Isabelle Ducau


Source: lescarnetsdubienetre.com

Publicités

Une réflexion sur “Les petits bonhommes allumettes : se libérer des émotions négatives

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s